Sommaire


Tranche de diaporama

ELCOFIS
conte de Pascal Regnaudin
Elcofis

À l'aube du troisième millénaire, l'humanité entre en conflit planétaire avec elle-même…

Mon appréciation de ce bouleversement me conduit à imaginer un conte où le futur est entre les mains de deux joueurs d'échecs (symbolisant les opérateurs militaires), d'un rêveur (en pleine inspiration), de scientifiques (représentant la technologie), d'une population inquiète (en réaction face aux évènements), de plusieurs personnages attachants (amenés à prendre des décisions) et d'un phénomène météorologique apparenté au brouillard (étant à l'image des tremblements de terre et autres cyclones ou éruptions volcaniques sévissant sur notre planète).

Pascal Regnaudin



Elcofis est une œuvre profonde, sensible, complexe. Plus tout à fait "diaporama", au-delà du film d'animation, une sorte de bande dessinée dynamique d'une puissance évocatrice incomparable, qui force l'imagination et reveille des souvenirs, des reminicenses, des associations d'images, de mots, d'idées qui sont enfouis au fond de notre mémoire. C'est un livre d'images, un conte philosophique, un conte de fée pour grands et petits. Elcofis plante ses racines, dans notre petit jardin privé, et fait remonter à la surface des souvenirs qui nous sont chers. Rêves d'enfant, rêves d'ado, rêve d'adulte...

Elcofis est aussi une œuvre magnifiquement réalisée. Un équilibre exemplaire entre les différentes parties constituantes de l'ensemble. Récit envoutant, images superbes d'un pouvoir évocateur qui touche au magique; musique très réussie, bien construite, variée qui soutient l'action et le récit à la perfection, tout en restant discrète et efficace. Bruitage et ambiance sans faille qui générent profondeur, consistance et une coloration particulière, presque une signature. Elcofis, c'est avant tout un travail d'équipe, dont chaque membre est un créateur, un artiste qui a su partager, apporter, donner, contribuer à l'édification de l'œuvre commune.

Elcofis est une "atmosphère". Inquiétante, trouble, feutrée, et à la fois un peu insouciante, "franchouillarde" dans le sens bonhomme du terme, mais surtout prenante. Passées les premières minutes, on est complêtement happé par le récit, par l'ambiance, on ne voit plus le temps qui défile. On sait déjà que l'on ira au bout du voyage. Au fur et à mesure, le récit gagne en densité. Le dénouement devient de plus en plus improbable. C'est cette atmosphère de mystère en demi-teinte, qui s'épaissit au fil des minutes, ces non-dits qui s'accumulent, et finissent par devenir pesants, oppressants, qui donnent cette cohésion, cette densité à l'ensemble.

Elcofis comme toute utopie, est un univers. J'ai voulu aller à la rencontre de l'auteur, Pascal Regnaudin. Il a accepté.
Thierry Eliroff


Interview de Pascal Regnaudin par Thierry Eliroff Elcofis

T. Eliroff : Dès les premières images, il est fait référence à l'Atelier Art & Essai du Dragon. On imagine bien que cet atelier est impliqué dans la réalisation d'Elcofis. Peux-tu nous présenter cette structure, en nous expliquant dans quelle mesure elle a contribué à la production de cette œuvre ?

P. Regnaudin : Vous présenter l'Atelier ?... Oui, bien sûr ! Durant mon enfance, la féerie a été sublimée par le Dragon... Puisque ma réalité se fond dans cette vision, c'est un vrai dragon qui dirige l'Atelier. Il est très très grand, il a des écailles d'un rouge orangé et crache violemment une sorte de lave incandescente quand il est en colère !
L'Atelier Art & Essai du Dragon est une structure virtuelle souvent associée à mon nom. En tant que personne physique, j'ai un statut de salarié et une démarche d'indépendant. A ce titre, je suis géré par une société de portage salarial (concept anglo-saxon). Les activités rémunératrices sont : Conceptions graphiques de brochures, dépliants, affiches (pour MJC) – Conception et réalisation de diaporamas promotionnels pour associations - Prestations sous forme d'ateliers (écriture / dessin / herbier etc.) avec écoles / bibliothèques / MJC / associations socioculturelles – Spectacles (poésie / chansons à texte / diaporamas etc.)... Elcofis est né sous le signe du Dragon sans être pour autant une commande et sans contrat spécifique... Le logo de l'Atelier Art & Essai du Dragon a été conçu en 2003, et ne signe que certaines créations, toujours accompagnées de mon nom.

T.E. : Tu as réalisé cette œuvre avec trois compères : Sébastien Fillion pour le son, Jean-Pierre Passeport pour l'illustration des paysages et des architectures, Jean-Marie Tampère pour la diction des textes. Peux-tu rapidement nous présenter ces artistes, en précisant la palette de leurs activités, leur contribution à 'Elcofis' ?

P.R. : Sébastien Fillion est musicien intermittent du spectacle et compositeur prolifique. Les registres de son expression sont vastes : du classique au rock progressif en passant par la musique d'expression audiovisuelle. Il est également auteur de romans fiction. Sébastien, déjà impliqué avec moi dans une réalisation antérieure, est à l'origine de toute la partie sonore d'Elcofis : prise de son, composition, bruitage et mixage. Jean-Pierre Passeport est maître d'œuvre et passionné par le dessin d'architecture, la fresque murale, l'affiche et les paysages urbains à l'huile ou à l'aquarelle. Inspiré par les écrits du conte, il a composé les maquettes de l'autorail, de la gare de Songe-les-Bains et de la place de l'Ancienne Miroiterie des Illusionnistes, l'espace urbain et les paysages d'Elcofis. Jean-Marie Tampère est éducateur et comédien. Je l'ai entendu conter, habillé comme un ménestrel, dans la grande salle d'un château et vu jouer plusieurs fois sur les planches, notamment avec la compagnie Véricel. Jean-Marie anime également un atelier théâtre et parle le chtimi couramment... Après avoir pris connaissance du texte d'Elcofis, et vu les premières illustrations du conte, il a rejoint le groupe... Il est la voix d'Elcofis.

T.E. : Quelques données dimensionnantes seraient utiles pour nous donner une idée plus précise de l'entreprise : durée du développement et de la réalisation, nombre de dessins ou de planches de paysages et personnages, nombre de d'heures de travail cumulé (si ce n'est pas indiscret)…

P.R. : Pour quantifier ce qui me dépasse d'Elcofis je ne peux utiliser qu'une valeur : "1339" la somme de cette aventure sans exigences... En évaluation pifométrique : 50 illustrations (A4) gouache/aquarelle, 5 illustrations format raisin, 5 maquettes carton collé, 1 tableau allégorique (60 x 80). 200 dessins de personnages au crayon (A5). 50 photographies des maquettes (train, place et gare)... 18 mois... 4 présentations publiques, 5 articles et au moins 1001 heures de travail cumulé en tenant compte de : écriture, rencontres, conception graphique, sessions d'enregistrement, composition musicale, mixage, montages .exe et vidéo etc.

T.E. : La production de maquettes carton collé, et la multiplication des vues par photographies de ces maquettes est originale dans la réalisation de diaporamas basés sur des dessins. On pourrait dire que cela s'apparente aux techniques de modélisation 3D permettant de présenter des images multiples d'un objet sous différents point de vue, avec des éclairages différents (couleur, incidences, ombres portées). Finalement, cela se révèle un procédé très astucieux. Peux-tu nous en dire un peu plus sur le sujet ?

P.R. : Technicien expérimenté ou débutant en quête de devenir peuvent connaître et utiliser une technique particulière parmi d'autres ou se laisser guider par la palette bigarrée de l'imprévisible, pour concrétiser une idée : J.P. Passeport (l'illustrateur d'Elcofis), passionné par la maquette, vient un jour avec une boite immense et me déballe une folie nocturne pour le fun : la gare de Songe-les-Bains ! Pièce de 80 cm de long en plusieurs morceaux... La magie vient d'opérer : les illustrations gouache-aquarelle que J.P. Passeport a déjà commencé à réaliser sont la base technique pour les paysages, la maquette de la gare de Songe devient la base technique pour les éléments architecturaux et, bien en contraste, une troisième technique : le crayon HB (noir & blanc) pour les personnages. Nous avons décidé de réaliser les maquettes avec du contre-collé blanc et de marquer les arrêtes, les angles, avec un marqueur noir pour permettre une mise en couleurs plus rapide avec l'outil baguette magique de Photoshop… Notre manque d'expérience ne nous a pas permis de maîtriser les jeux d'ombres et de lumières… Les différents plans photographiques de la place de l'Ancienne Miroiterie des Illusionnistes, de la Gare de Songe-les-Bains et de la micheline, malgré notre manque de savoir-faire, nous ont permis d'enrichir un peu l'environnement en évitant de nombreuses illustrations supplémentaires. Les paysages, les bâtiments, les personnages étant complètement modulables à volonté (beaucoup de travail pour l'infographiste !)

Elcofis

T.E. : Quel a été l'élément directeur, fédérateur autour duquel ce sont architecturées, intégrées les autres parties ? Intuitivement, on pense au 'récit', mais peut-être des interactions entre images, musiques et textes se sont créées fortuitement et ont enrichi l'ensemble ?

P.R. : Le texte a été l'élément fédérateur. Ecrit à l'origine pour être lu tout simplement. Il a dû évoluer afin de se positionner dans un contexte audiovisuel. Il a mûri en s'allégeant d'images trop complexes et de fautes résiduelles. Il s'est affirmé également en mettant en valeur certains évènements ou en les faisant d'avantage correspondre . Arrivé à terme il a été la référence, le lien, l'orchestrateur des autres parties (déclinaison sous forme de story-board).

T.E. : Peux-tu nous parler des méthodes de travail, de la coordination de l'ensemble… chacun travaillait-il de son coté et des points de rendez-vous permettaient-ils la re-synchronisation, ou alors était-ce plutôt un travail en équipe "intégrée", en rebouclage permanent, par exemple ?

P.R. : Les deux premières rencontres du groupe au complet (4 pers.) apportent matière à réflexion, critique, échange, sur la base littérale du conte, avec en appui, trois ou quatre illustrations et une maquette de Jean-Pierre Passeport. Hormis ce temps là, nous ne nous rencontrons plus jamais qu'à deux ou trois, en sessions organisées : pré-enregistrement de la voix (3 pers.), dessin et aquarelle (2 pers.), enregistrement de la voix (3 pers.), écoute de la composition et travail sur le mixage (voix-musique-bruitage) (2 pers.), visualisation et mise au point du montage en cours (.exe) (2 ou 3 Pers.)... Nous nous retrouvons unis tous les quatre, un an et demi plus tard, pour la deuxième projection en salle (MJC de Novel à Annecy)

T.E. : En termes d'illustrations, quelles techniques et quels outils ont-ils été employés. Pour les paysages et pour les personnages. Des techniques 'traditionnelles' (Canson, crayon, pinceaux, aquarelle) avec scan en final, ou alors techniques infographiques avec l'outillage correspondant ? Il semble que les personnages aient été incrustés à posteriori sur les 'fonds' paysages.

P.R. : Les plans architecturaux (gare <80 cm de long>, train, habitations) ont été réalisés sous forme de maquette : (photo-scan-retouche-mise en couleur numérique). Les illustrations gouache-aquarelle au pinceau sur Canson A4 : (scan-retouche), les personnages au crayon sur Canson A5 crayon HB (scan-retouche-incorporation dans les fonds). Les logiciels : Photoshop 7.0 / Proshow : version basique de 2005 / Cubase pour le pré-enregistrement et le placement de l'espace sonore.

T.E. : De même, pour la partie 'son & musique', peux-tu nous décrire en quelques mots le 'studio' et l'outillage utilisé ?

P.R. : Sébastien Fillon serait bien sûr nettement mieux placé que moi pour répondre. Pour ce que j'en sais, il utilise ses propres claviers, guitares, basses, percussions, piano, enregistreur MP3, micros, carte son multi-voix externe, Cubase etc... du matériel de musicien !

T.E. : Venons-en maintenant à des questions plus axées sur la vie d'Elcofis 'extra muros'. Que s'est-il passé depuis la présentation faite en octobre 2006 ?

P.R. : (1) Une soirée dans un château : une salle de garde transformée en galerie, pour exposer les illustrations et les maquettes... une atmosphère chaleureuse avec un buffet et un feu de cheminée... Une autre salle, plus seigneuriale, pour une projection très particulière : version en cours de montage avec la bande son (musique-bruitage : la voix n'est pas encore incorporée, ni même enregistrée définitivement) et les images en fondu, mais sans les personnages (pas encore incorporés)... Le comédien pause sa voix en direct (sonorisation) sur le diaporama... Belle soirée où tout l'intérêt était justement de montrer un travail en cours de réalisation !
(2) Projection avec exposition à la MJC de Novel-Annecy : Salle de cinéma Art et Essai (on y revient). Pour cette soirée, et grâce à notre expérience précédente, nous avons opté pour une version live : c'est-à-dire une projection finalisée où la voix du comédien a été retirée afin qu'elle puisse être restituée en direct sur scène par son propriétaire : le comédien Jean-Marie Tampère se trouve sur la gauche avec comme accessoires, une table, une lampe, un micro et les écrits...
(3) Elcofis a été projeté lors de la fête du livre de Charvonnex en 2006 (avec l'illustrateur)…
(4) également en un extrait de présentation (avec le comédien et l'illustrateur) au Château de Bon Attrait à Villaz (maison de convalescence)

T.E. : Lors de l'introduction d'Elcofis dans la vie publique, as-tu bien suivi son carnet de santé ? Vaccinations obligatoires (SACEM, SESAME ?). As-tu bien surveillé la courbe de poids du bébé, l'embonpoint pour cause de bonne résolution ? Il est vrai que la présentation dans de faibles résolutions est fortement préjudiciable à la qualité de l'ensemble.

P.R. : Je n'ai assuré que le minimum syndical sur ce registre : images : 1024x768 Tiff (base) & Jpeg (montage) - Son : Wave (bande son originale) & MP3 (montage) + standard DVD video (FinalCut) - SACEM - SGDL - Articles de journaux - Bandes son - Emissions Radio - Fabrication CD et DVD.

Elcofis

T.E. : Et pour son entrée dans la vie professionnelle, lui as-tu constitué un CV percutant ?

P.R. : Voici les seules pièces importantes à disposition :
  • Un projet pédagogique qui a permis une intervention en milieu scolaire (atelier avec des enfants de CE2 : "de l'école au conte") -Deux story-board : un pour les évènements visuels et un pour les évènements sonores.
  • Un CD comprenant la version .exe 1024 pixels.
  • Un CD du clip vidéo du musicien sur son piano pour un des thèmes du diaporama plus l'intégralité de la bande son originale.
  • Un CD sans la voix (pour interprétation en live).
  • Un DVD vidéo (pour lecteur DVD de salon ou ordinateur) avec un chapitrage 'fin', une présentation esthétique différente et des effets plus variés et plus dynamiques (apport d'effet vidéo)
  • Support de presse écrite et radio...

    T.E. : Existe-t-il un site où ces produits sont proposés, et où il serait possible de passer commande, ou bien nous conseillerais-tu plutôt de s'adresser directement à toi par mail, par exemple?

    P.R. : Il existe une rubrique Kiosque sur mon blog. Ce kiosque propose un téléchargement libre de plusieurs créations (dont Elcofis) dans divers formats : PDF, MP3, .Exe, Jpeg. Il me reste à mieux définir la possibilité de commande des produits originaux, dans des formats plus conséquents avec boîtiers et jaquettes… Tout est prêt pour une fabrication. Pour le moment, on peut m'adresser directement un mail à partir de mon blog.

    T.E. : Certains aménagements me paraissent souhaitables. Notamment la mise en place d'un chapitrage. Pourquoi pas une partition en trois actes ? Ce conte est susceptible de s'adresser aux enfants, à partir de huit ans peut-être. Une alternative à l'univers 'Disneyen' ? Mais il faut leur permettre de regarder par 'morceaux'. Les enfants ont besoin de revoir souvent des petites séquences, pour comprendre, pour se rassurer, pour s'approprier l'histoire. Ils ont besoin de rentrer 'doucement', progressivement dans le récit. Mais ils n'attendront pas quarante cinq minutes pour voir la fin de l'histoire ! Que penses-tu pouvoir proposer sur ce sujet ?

    P.R. : La version DVD est chapitrée : je suis disposé à la mettre en libre accessibilité d'une manière ou d'une autre si techniquement cela est envisageable. Possible également de créer une nouvelle version DivX (par exemple)... il me semble aussi que rien n'interdit un "clic droit" sur la version .exe (Pause-Play)... il existe enfin les trois parties (chapitres) téléchargeables depuis "Diaporam@Forum" (ndlr: voir aussi en bas de page).

    T.E. : Envisages-tu des produits dérivés, des "goodies" ? Par exemple, des fonds d'écrans ou des économiseurs en bonus sur le CD ou le DVD. Pourquoi pas des tirages, haute résolution en A3, voire plus, dédicacés, et puis soyons fous, rêvons un instant, pourquoi pas une souscription pour une série de lithographies numérotées…?

    P.R. : Si la porte est ouverte à mon imagination, je laisse alors la dédicace et la souscription à d'autres car je suis incapable de faire rêver avec cela... Il y a peut-être matière à promouvoir Elcofis... je laisse le soin d'une étude de marché et de fabrication aux gens qui savent faire cela... S'il y a quelque chose qui puisse me faire rêver, ce sont tes chroniques et ton interview !... Elcofis est la première aventure que tu fais revivre un moment et je souhaite que tes talents de chroniqueur puissent en faire revivre d'autres !... Il est là mon rêve.

    T.E. : Dernier volet de cet interview, l'avenir d'Elcofis. As-tu prévu une suite, un deuxième opus dans l'univers d'Elcofis ? La fin semble 'définitive' (ce qui est assez caractéristique des fins, habituellement !), mais l'imagination est toujours présente. Ne pourrait-on pas repartir de la comptine des deux enfants, imaginer un instant qu'Elcofis est un voile d'espace-temps qui capture les êtres et les déplace vers des rivages de chimères, des ailleurs improbables, où l'on retrouverait nos deux enfants dans un jardin d'Eden, en train de réinventer le monde ? Et puis peut-être un peu plus loin, Rêveur et son amie en train de se conter fleurette ? Ou peut-être juste alors un quatrième acte ? Allez, Pascal, fait nous rêver encore une fois…

    P.R. : La poésie est spontanée avec moi... elle écrit mes sentiments avec ses propres mots, amoureuse et vivante !... il n'y a pas de deuxième opus dans cette relation là !

    T.E. : Mais peut-être as-tu d'autres projets en cours, d'autres aventures ? Souhaites-tu nous en toucher quelques mots, soulever un petit coin de voile ?

    P.R. : Un projet est en cours avec le handicap pour moi de ne pas pouvoir rencontrer certains membres de notre groupe naissant… Nous sommes trois à être co-auteurs à part égale de cette histoire naissante… Nous serons probablement cinq ou six à être partie prenante pour la finalité… Moi qui pense que la réalité dépend du regard que j'en ai, les échanges virtuels me perturbent jusque dans mes rêves… sûrement un manque d'habitude, pourtant, je reste persuadé avoir longtemps du mal à faire la fête avec les gens que j'apprécie… s'ils ne sont pas en chair et en os devant moi !


    ***************************


    Nous voilà arrivés au terme de cet interview. Je te remercie, au nom de tous les forumeurs et lecteurs d'Espace Vision pour toutes les réponses que tu nous a données, pour toutes ces informations que tu nous a dévoilées. C'est le cycle de vie d'une œuvre que tu nous as démasqué, assez nébuleux, peu évoqué même au sein de Diaporam@Forum. Ce n'est plus la réalisation plus ou moins spontanée d'un diaporama à partir de quelques images, une musique et un peu de réflexion, c'est la conduite d'une entreprise de longue haleine, avec les phases de conception, de réalisation, de coordination, de soutien, de promotion de l'œuvre que tu as orchestrées pour notre plus grand plaisir.

    Elcofis




  • Sommaire